L'univers Celte en général et Breton en particulier se parsème d'une multitudes de réalités, parfois paradoxales. Ces réalités se diluent de bien des façons, au contact des légendes, des contes, des chants ancestraux et des poèmes. Et puis surtout elles se brassent au contact des gens d'ici ou d'ailleurs, des rencontres hasardeuses ou familiales, marquante ou furtive... De celles qui forgent le caractère, de celles qui allongent le pas. Et si ces réalités portées lentement, doucement à ébullition dans un immense chaudron de cuivre, par le feu combiné de l'inspiration des muses bretonnes, de la conscience politique, et enfin de l'art à l’état brut. Il en sort quelque chose de subtil et rocailleux, de massif et d'éthéré, de sombre, d'abyssal comme la vérité, de tonitruant comme la douleur de l'âme, et de lumineux comme l’amour froid et intransigeant des êtres. C'est cela que Gilles Servat, barde inspiré, en colère douce, nous transmets a travers ses mots, ses chants, a traves ces espoirs et ses désespoirs. Prenons ces chemins avec lui, laissons nous guider ou nous perdre au détour de sa plume, laissons nous submerger par cette veritable poésie de vie, cette nostalgie de pays rêvé, devenons grâce à Gilles le rêveur marchant au gré de ses pas...